Rocé - Identité en crescendoRocé L’un et le multiple

Extrait de Identité en crescendo

Etrange sentiment d’appartenance à un monde varié mais dans lequel on me refuse la diversité. Nous sommes des clichés enfermés dans une trop étroite identité. Mais je ne peux plus m’enfermer dans celui qu’on me désigne. Aucune définition réductrice ne m’agrippe. Je ne peux m’empêcher d’être l’un et le multiple

J’ai le sens du rythme mais la mélodie linéaire, la voix aigue mais le propos grave et austère. Adolescence française, regard russe et langue algérienne, la pensée universelle et l’ambition planétaire. Rempli de compassion mais vide de condescendance, train de vie brouillon et flou mais brodé d’ambitions claires. Identité effritée qui vole au vent dans les ronces, métèque présent par l’esprit mais dont on ne veut voir que la chair… Pourtant je porte le centre, les périphéries, la phrase et la réplique. La rime lourde, le flow léger - difficile métrique. Piteux, précaire et artiste, j’ai le statut bas et fixe mais les tripes de faire la zic d’élite que mon ego mérite… Alors dans ce monde varié offert en son étrange ensemble, je ne peux me résigner à n’être qu’un. Et ceux que ça arrange de nous mettre dans des cases et des franges, mon exemple brise leurs clichés, dérange, émiette leur pain quotidien.

On se veut unique mais on devient viande de plus en plus tendre, rentrant dans des cases, tels des offrandes à la loi marchande. Et même si on tente de se démarquer, on alimente un nouveau cliché qu’on vante. Eh oui au final on fait que ça : on "représente"… Alors être valable se confond avec vendable, récupérable, humain interchangeable et, sur le tard, s’exécuter dans un système qui vend ses citoyens comme son âme. A force d’être assimilable, on finira en code barre, individu consommable mis dans des cases inflexibles. Et si je brise les chaînes invisibles des identités hybrides, la complexité sera ma résistance, mon fond de commerce. Cela fera de moi un mauvais commercial mais un homme libre.

Non aligné, je me faufile dans les strates et, de mon poids, fais tourbillonner diversité sur les visages hagards. Nos règles sont telles qu’en tant qu'un je m’incline devant toi, mais ça étendra mon multiple loin au dessus de ton regard. Appelle ça du rap, du slam, du punk, ça ne me regarde plus. Quand tu mets mon pied dans une case, sais-tu où l’autre se situe ?

Si loin que c’est ça être un géant, commercialement c’est gênant. Perdre son rendement dans mes bas-fonds sans issue et au fond tu tripes, j’ai atteint ton esprit là où ça ripe. Le système t’attendait assimilé et réduit comme une icône qui s’agite, mais tu retrouves les paradoxes, les contrastes et tu flippes dans ce face à face entre l’un et le multiple.