Interview Telephone Jim Jesus

10/04/2005 | Propos recueillis par Shadok avec Nicobbl

Suite de la page 2

A : Quelle est ta définition du crate-digging ? Penses-tu que ce soit l'essence de la production Hip-Hop ?

T : Je ne me considère pas comme un "crate-digger" à proprement parler mais je définirai le crate-digging comme la recherche de disques à sampler. Je pense que, historiquement, c'était l'essence de beaucoup de productions Hip-Hop. Ca ne marchait que si tu avais ce pur beat ou cette grosse basse qu'on trouve uniquement sur les vieux disques. Mais aujourd'hui cet art n'est plus. Je veux dire, tu peux aller sur un site Internet, trouver 200 albums avec des breaks, aller dans des magasins de disques, et trouver quasiment tout….à partir de là il n'y a plus d'art ou de science à tout ça. C'est la raison pour laquelle aujourd'hui beaucoup d'artistes Hip-Hop utilisent davantage d'instruments live et de musiciens dans leurs disques.

A : Passes-tu beaucoup de temps à chercher des disques, des boucles ou des kits de batterie ?

T : Honnêtement, probablement pas assez. Mais comme je te l'ai dit, je ne veux pas devoir me reposer sur des disques pour ma musique. Je suis plus porté sur l'enregistrement de mélodies jouées que je sample après. La musique est plus vivante et respire d'avantage comme ça.

A : Es-tu intéressé par les remixes? Avec qui souhaiterais-tu en faire ?

T : Oui, je pense que faire des remixes est un bon moyen de transcender les genres, de toucher un autre public et d'exprimer une certaine forme de créativité. J'ai fait des remixes pour Smyglyssna sur Vertical Form et pour Alan Astor sur Mental Monkey Records. J'espère en refaire d'avantage à l'avenir. Après, quelqu'un en particulier, je ne peux pas te dire. Je préfèrerais collaborer avec quelqu'un que remixer ses chansons.

A : Es-tu intéressé par le fait de faire de la musique pour des BO, de la publicité, de la télévision ?

T : Oui, j'ai toujours pensé que ma musique pourrait constituer un bon habillage musical, et plus j'évolue musicalement plus je me vois à l'avenir travailler sur des films. J'espère un jour pouvoir faire la BO d'un film en entier, qu'il dure une minute ou une heure. Quant à la TV j'hésite un peu. Je préférerais soutenir des artistes indépendants plutôt que des grandes boites, mais en même temps je pourrais aussi utiliser cet argent.

A : Collaboration rêvée ?

T : C'est dur à dire. J'adorerais vraiment travailler avec The Animal Collective, avec The Books, why?, Will Oldham, Coco Rosi, Colleen, ou encore Bit Meddler pour ne citer qu'eux.

A : Es-tu intéressé par le fait de travailler avec des artistes non Hip-Hop? Si cela a déjà été le cas, qu'en as-tu pensé ?

T: Je suis prêt à travailler avec n'importe quelle personne que je respecte en tant que musicien. Je ne peux pas dire que j'ai vraiment travaillé régulièrement avec des artistes Hip-Hop, mais quand cela a eu lieu, les collaborations se sont bien passées.

A : Considères-tu qu'un sample doit demeurer un mystère ou n'hésite-tu pas à en dévoiler l'origine ?

T : J'aime transformer les samples en quelque chose qui ne pourra être reconnu, auquel cas je suis fier de donner le morceau d'origine car la différence entre les deux est énorme. Mais j'aime le coté mystique de la musique et ne pas donner tes sources contribue à cela.

A : Penses-tu, comme beaucoup de gens, que le reste du monde est inspiré par les productions US ?

T : A un certain niveau, mais quelques-uns uns de mes producteurs préférés, comme Aphex Twin et Amon Tobin, ne sont pas américains et une partie des meilleurs musiciens ne sont pas américains. Pour ce qui est du Hip-Hop, c'est à la base un art américain qui a influencé le monde entier, comme l'a fait le Jazz.

A : Quels sont tes projets futurs?

T : J'ai collaboré avec Sole et Pedestrian pour un projet sur lequel ils sont toujours en train de travailler. J'ai aussi un nouvel album solo de prévu, de nouveaux sons de Restiform Bodies, quelques apparitions ici et là et j'espère aussi un certain nombre de collaborations avec plein de musiciens divers et variés.

A : En parlant de beats, quels sont les points qui t'ont fait plaisir ou au contraire particulièrement énervé ces trois dernières années ?

T : Je déteste le Korg Triton, je ne supporte pas non plus d'entendre les même breaks utilisés de la même façon, entendre constamment les même productions underground ennuyeuses qui utilisent les cinquante même disques pour sampler. J'adore les beats Jiggy dance floor, les productions d'Eminem, le glitch hop.

A : Quel est ton producteur fétiche?

T : Impossible de te donner un seul nom…

A : Ta vision d'un morceau parfait : quel MC avec quel producteur?

T : Why? avec Trent Reznor

A : Ta vision d'une production parfaite?

T : Une intro spéciale et inattendue qui évolue progressivement pour devenir un concentré de tension explosant ensuite dans un chaos frénétique, puis, subitement, tombe dans une lente et obscure forme qui se métamorphose en une superbe mosaïque d'harmonies entremêlées. Quelque chose comme ça, une espèce de neuvième symphonie avec une multitude de différentes sources sonores rassemblées dans un collage brillant, un peu comme pour un bouquin.

A : Les productions dont tu es le plus fier ?

T : Je dirais que les pistes 9, 12, et 16 de "A point too far to astronaut" sont les plus proches des objectifs que je me suis fixé... mais j'essaie de ne pas être trop fier de quoi que ce soit.

A : Ta playlist sur 10 titres :

T : Sans ordre particulier :

1. The Beatles: I'm so Tired
2. Will Oldham: New Partner (Viva Last Blues version)
3. the Books: Contempt
4. Colleen: Everyone Alive Wants Answers
5. Bit Meddler: anything
6. Animal Collective: No Wad Her
7. Pixies: Caribou
8. Beck: Derelict Man
9. David Bowie: Space Oddity
10. Ween: Little Birdy

1 | 2 | 3 |