Interview Telephone Jim Jesus

10/04/2005 | Propos recueillis par Shadok avec Nicobbl

« Page précédente | Page suivante »

A : Arrives-tu à écouter des disques en entier sans y chercher, même inconsciemment, de la matière à sampler ?

T : J'écoute constamment de la musique, avec ou sans l'intention d'y trouver un sample, mais quand je m'y attends le moins, je me retrouve à écouter des trucs à la radio, dans des films ou dans la rue en pensant que ce serait génial de les sampler.

A : Fais-tu attention aux textes des MCs pour qui tu fais des beats?

T : Oui, j'exige des textes d'un certain calibre pour accompagner la musique que je fais. Voilà pourquoi je travaille avec Passage et les rappeurs d'Anticon. Je ne travaille pas avec tel ou tel rappeur ou chanteur pour que le message transmis dans la chanson soit profond ou poignant. Je n'interviens pas sur l'écriture d'un texte ou quoique ce soit, je laisse ça à celui qui écrit, mais si j'entends quelque chose que je n'aime pas ou ne comprends pas, je leur fais savoir.

A : Quelle est ta méthode de travail quand tu produis pour Restiform Bodies?

T : En fait, on n'a pas vraiment de méthode précise. Par le passé, nos projets étaient souvent des collages de morceaux que nous faisions tous chacun de notre côté et que nous assemblions au sein d'un album. Ces derniers temps nous avons une organisation qui fait que nous fonctionnons d'avantage comme un groupe. J'arrivais avec de la musique ou des sons, Bomarr jouait de la batterie pour la rythmique et Passage posait les voix. Mais nous sommes tous investis dans chaque élément de la musique, de sorte qu'au final chaque titre suive une approche distincte. On ne se cantonne pas à un rôle particulier.

A : J'ai lu que tu adorais le groupe Guided by voices, qui a des sonorités assez lo-fi. Si on peut retrouver cela dans les productions de Restiform bodies, ton album solo est assez clean. Pour quelle raison as-tu choisi ce genre de mix?

T : Je suis un énorme fan de musique low-fi. Je pense que le fait que Guided by voices puisse faire de la si bonne musique avec un quatre pistes et une qualité de son très faible est proprement hallucinant. Au départ, j'ai essayé de reproduire ce type de son, cette esthétique. Aujourd'hui, depuis que mes potes ont élévé le niveau de leur production et la qualité de leur musique, j'ai ressenti le besoin de réhausser la qualité sonore de ma musique à leurs niveaux. Je veux pouvoir entendre chaque partie de mes morceaux distinctement, je veux que l'auditeur puisse écouter ma musique sur n'importe quel format et puisse entendre plus ou moins la même chose. D'autre part, mes connaissances techniques ont beaucoup évolué, mon savoir en terme d'enregistrements et de matériels s'est aussi bien enrichi, c'est une progression naturelle. Mais je pense que je ne perdrais jamais la beauté d'un grain de sample comme celui-là.

A : Ton album solo est davantage électro que ce que peut être Restiform Bodies, pourquoi cette voie?

T : Bon déjà j'avais déjà d'avantage de matériel qu'avant avec Restiform. J'ai toujours été le mec avec le plus d'influences électro dans le groupe, alors j'ai saisi l'opportunité d'un album solo pour mener cela pleinement. Mais le disque comporte aussi de la basse, de la guitare acoustique, des sons de micros et du synthé.

A : Les dernières sorties d'Anticon se ressemblent beaucoup : des albums instrumentaux à mi-chemin entre Hip-Hop et électro. Le label semble avoir perdu quelque chose en ayant choisi cette voie. Qu'en penses-tu ? Comprends-tu que quelques auditeurs plus anciens soient quelque peu désorientés ?

T: Anticon s'est éloigné du Hip-Hop traditionnel, au sein duquel il a fait ses débuts pour diverses raisons. Je pense qu'on a tous senti que la scène Hip-Hop s'est quelque peu arrêtée et nous n'avons pas voulu être cantonné pour toujours au rap underground. Les goûts musicaux et les intérêts de chacun se sont aussi extrêmement élargis et ont influencé chaque membre. Je pense que cet éloignement du Hip-Hop, disons plus traditionnel, est une étape nécessaire à la croissance d'Anticon, afin de prouver que nous sommes encore plus versatiles que ce chacun a pu penser. Le rap est d'avantage présent ces derniers temps dans nos morceaux et je pense que dans les années à venir, un certain nombre de disques reviendront au rap avec lequel nous avons débuté mais avec un certain nombre de changements et une nouvelle forme de réappropriation de cette musique.

A : Ton album est sorti sur Anticon, comme celui de Passage, tu as probablement eu la possibilité de faire des featurings avec des MCs du crew, pourquoi avoir choisi de faire un album entièrement instrumental ?

T : J'ai senti le besoin de m'affirmer en tant qu'artiste sans avoir recours à des chanteurs ou des rappeurs pour capter l'attention. En composant ces chansons j'essaie de faire en sorte que la musique ait une humeur, une voix et un style qui lui soit propre. J'espère que cet album retiendra l'attention de chanteurs ou rappeurs et débouchera sur de futures collaborations. Je souhaite que chaque morceau de mon prochain album sur Anticon comporte des invités et que la plupart soient des chanteurs.

1 | 2 | 3 |