Interview Vgtah

07/11/2004 | Propos recueillis par Aspeum

Suite de la page 1

PROJETS

A : Es-tu tenté par des collaborations avec des artistes hors hip hop ? Si tu l'as déjà fait, pourquoi ?

V : Sur "Mémoires vives", on a fait appel à des tas de musiciens, je ne suis pas fan de ce processus. C'est long, il y a un travail d'épuration considérable que j'ai la flemme de faire et tu remarqueras qu'on ne différencie plus l'aspect programmation de l'aspect live... Par contre, je suis sur un projet slam / instru qui défonce et je suis bien content d'entendre des "textes" et pas des "rimes"... C'est un travail d'habillage sonore, je suis enthousiasmé par ce projet, je sais maintenant qui a tué le rap.

A : Le remix est un exercice qui t'intéresse ? Avec qui ?

V : Si je remixe, le gars repose, sinon j'aime pas l'exercice ; je suis pas connu donc je le fais jamais.

A : Envisages-tu de travailler pour le cinéma ou la publicité ?

V : Si j'ai des plans, oui ; on connaît le phénomène des réseaux relationnels. Si je dois sonoriser un film ça sera le nôtre, personne ne vient à toi quand t'es dans ton trou.

A : Ton point de vue par rapport à un album instrumental ?

V : Il y a des alternatives à trouver à ce genre de projet, "Murmurs" en était peut être une.

A : Peux-tu expliquer en quoi consistait le projet "Murmurs" ?

V : Coller des bouts de reportages et d'instrumentales, mixer et arranger le tout. J'en ai vendu presque autant que de "Mémoires vives", on était trois à en vendre de main à main ; je pense que si je ressors un disque je louerai mes potes comme hommes-sandwiches.

A : Ta collaboration rêvée ?

V : Jim Jarmusch / Steus, quand ces cons auront le temps. Ma collaboration rêvée, c'est de faire un disque avec tous les styles musicaux issus de la culture home-studio, c'est en cours avec le projet home studio.

A : Peux-tu détailler ton projet de DVD sur les home-studios ?

V : Tous les producteurs seront sous Viagra avant que j'ai fini de le monter. C'est un projet important, il y a cent heures à dérusher, j'ai fait un pilote de 60 minutes il y a 3 ans. C'est un projet de vie passionnant qui touche tous les styles musicaux, qui casse beaucoup de préjugés, qui décloisonne les courants musicaux. Les concepteurs sont plus humble que les mc's, il s'affrontent à une tierce personne, la musique. Ils se remettent en cause et sont rarement satisfaits. 1% vivent de leur art et ils partent bien tard de chez leur parents ! Mon enquête est technique et sociologique, l'environnement interagit avec le home studio, je ne veux pas me cantonner à l'aspect "fais-moi savoir comment tu fais claquer un beat". La plupart de tes questions se retrouveront dans le documentaire. J'attends encore quelques gros mais j'ai de la matière pour un 30.000 minutes.

AFFINITES

A : Quels sont tes producteurs fétiches ?

V : Easy Mo Bee, Premier, Dj S, Embee, 6clone (Dyslexie), Meaty Ogre, Dre, Pete Rock, Residents, RZA en 1993, Michael Moore, René Vautier.

A : Morceau parfait selon toi : quel MC avec quel producteur ?

V : 'Enfants du monde', 6clone à la prod et au micro, album à venir.

A : Ta vision d'une prod parfaite ?

V : Elle n'existe pas. Si c'était le cas, le postulat philosophique de la perfection inatteignable serait remis en cause et cela serait effrayant.

Le titre de 'Kick in the door', de Biggie, avec le sample de Screamin' Jay Hawkins.

A : Quelle est la production dont tu es le plus fier ?

V : '5 elements', de Jamalski, sur "Mémoires vives".

LES ENJEUX DE LA PRODUCTION HIP HOP

A : Entre rejouer une mélodie avec des instruments et sampler en payant des droits, que choisis-tu ?

V : Je ne sais pas rejouer et je paierai jamais rien car, en dessous de 5.000 exemplaires, personne ne vient te casser les nuts. Au moins, être petit ça sert a se faire plaisir à ce niveau là, tu peux piocher dans ce que tu veux sans complexe.

A : Existe-t-il des nouveaux champs d'évolution dans la production hip hop (construction des beats, genres à sampler...) ?

V : Tout est à construire ou déconstruire. Celui qui se dit arrivé est "déjà mort", celui qui ne le dit pas mais le pense est en remise en question.

A : Considères-tu qu'un sample doit demeurer un mystère ou n'hésites-tu pas à en dévoiler l'origine ?

V : Un mystère par essence est quelque chose qui ne sera jamais dévoilé, il n'y a donc aucun mystère en musique, il n'y a que des inconnus. Bizarrement, certains cachent des méthodes de travail alors que d'autres cachent des disques, c'est révélateur de ce qui prime dans leur manière de faire des instrus.

A : Selon toi, où se situe la limite entre inspiration et pompage de producteurs US ?

V : La satisfaction de soi même, le remplissage du frigo, la créativité, la non-écoute du grand papa américain.

A : Pour finir, dresse une playlist de titres, récents ou non, hip hop ou non.

V :
Histoire de - Mike
Face à la merde - Passif, Calo_Gero
Le maxi d'Arken
Feross - Mourir d'être un mythomane
D' - Comme une boule de pus dans le ventre
La Caution - Les rues électriques
TTC - dans le club
Keny Arkana - Tout l'album à venir
Mickael Jackson - Jam
Tété - Automne
D12 - Purple Hills
Infamous Mobb - When you hear the
Vgtah - Kafarnahommes

1 | 2 |