Interview Wildchild

MC de Lootpack aux côtés du génie Madlib et DJ Romes, Wildchild se décide enfin à sortir "Secondary Protocol", un premier album solo attendu de pied ferme par les fans du groupe et préfigurant la sortie du successeur du classique du trio d'Oxnard : "Soundpieces : Da Antidote".

11/07/2004 | Propos recueillis par Shadok

Interview : Wildchild

Abcdr : Peux-tu te présenter et présenter "Secondary Protocol" ?

Wildchild : Je suis Wilchild, l'enfant sauvage, je représente Lootpack et je viens de sortir mon premier album solo : "Secondary Protocol".

A : Comment es-tu arrivé dans le Hiphop? Par le rap ?

W : J'ai commencé lorsque j'étais au lycée, par la break-dance, en tant que B-boy avec mon pote Madlib. Je n'ai pas rappé avant 1990, 1991. Je faisais juste des freestyle avec un pote, Godz Gift, que l'on retrouve d'ailleurs sur l'album de Lootpack ("Soundpieces : Da antidote"). Par la suite j'ai continué la break-dance mais je me suis beaucoup plus porté sur le rap.

A : Ca va faire dix ans que tu rappes, depuis ton apparition sur le premier album des Alkaholics. Comment définirais-tu ton style au cours de ces dix années ?

W : J'ai eu beaucoup de hauts et de bas, que ce soit d'un point de vue personnel ou au niveau de mon entourage durant ces dix années. La situation au niveau de l'industrie musicale a elle aussi évoluée, mais une chose est sûre : mon style n'a fait qu'évoluer grâce à tout cela. Ce sont des tas d'expériences comme celles-ci qui ont fait mon style. Les choses que j'ai vues, les musiciens avec qui j'ai pu travailler m'ont aidé à trouver mon style.

A : Question qu'on a du te poser des dizaines de fois depuis sa sortie : quelles différences y a-t-il entre ton album solo et un album de Lootpack ?

W : Pour l'album de Lootpack on peut dire que c'est un quelque chose de très très underground, attendu par pas mal de monde et avec pas mal de collaborations. "Secondary protocol" est quelque chose de beaucoup plus personnel. Par "personnel" j'entends emmener les gens à entendre du rap à un degré plus personnel, mais aussi pour les raps plus battle. "Secondary protocol" c'est un peu le plan B, l'alternative. C'est ça que ça veut dire. Peu importe le mainstream ou l'undergound, je voulais mettre des titres dansants et d'autres plus personnels dans un seul et même album. J'ai grandi en écoutant de la musique faite pour faire la fête, pas simplement du Hiphop. Cet album reflète ce qui m'a beaucoup influencé : un peu de battle, un peu de titres dansants, un peu de textes plus profonds, tout ça pour qu'au final les gens ressentent que c'est avant tout l'album de Wildchild. Pas la copie du Wildchild de Lootpack, même si Madlib produit.

A : Oui, d'ailleurs on s'aperçoit rapidement en écoutant l'album qu'il y a différents focus, différents thèmes sur celui-ci. ‘Knick knack 2002', un titre battle, ‘Kiana' qui est un titre plus personnel sur ta petite fille et des titres plus bounce avec Planet Asia et Aceyalone... Quelle impression voulais-tu que les gens aient au final ?

W : Je voulais simplement qu'ils puissent apprécier de la bonne musique. Je voulais essayer de faire comprendre qu'il est important de connaître son histoire, c'est pour ça que j'ai fait un petit retour en arrière sur la old school. Je voulais également faire des sons qui se font à l'heure actuelle, mais également faire quelque chose d'un peu plus avant-gardiste sur certains titres pour tenter de voir ce que la génération actuelle allait faire. J'ai essayé de me mettre dans la peau de quelqu'un qui voyageait dans le temps, dans une capsule. Si j'avais pu revenir en 1988, comment est-ce que j'aurais rappé ? ‘Code red', par exemple, c'est un son actuel mais qui a une vibe, un feeling, de cette époque. Il y a toujours ce "groove". Je retrouve cette envie avec des gens comme Planet Asia, un des MCs les plus "abstraits" qu'il y ait à l'ouest. Il peut faire des choses que tu n'imagines même pas, imprévisible. C'est ça que j'aime.

A : Le fait que Madlib travaille continuellement sur de multiples projets t'a-t-il permis de mieux préparer cet album, d'avoir plus de temps et d'application ?

W : Le fait que Madlib ait beaucoup de projets ne rentre pas en jeu, parce que l'on est continuellement en train d'enregistrer tous les deux. Lorsque l'on faisait des sons ensemble, certains étaient pour le prochain Lootpack, et d'autres pour mon album solo. Dès la sortie du premier album de Lootpack j'avais prévu de sortir un album solo, sans pour autant que je sache si il allait sortir dans l'immédiat ou des années plus tard, après le prochain Lootpack. Mais à partir d'un certain moment, lorsqu'une bonne partie des sons était là, on a décidé de se focaliser sur cet album solo.

A : Par rapport aux productions, on retrouve Madlib et –son frère- Oh No, qui est également un très bon producteur, quelles directions leur as-tu données pour cet album ?

W : Je voulais quelque chose de personnel, qui ne ressemblait pas forcément aux productions sur lesquelles j'avais déjà pu rapper. Je voulais quelque chose de différent. Oh No est arrivé avec des sons disons plus "mélodiques" que Madlib. C'est assez difficile à expliquer... J'ai écouté leurs productions, goûté à chacune d'entre elles et puis j'ai choisi.

A : Est-ce que tu considères ce "Secondary Protocol" comme une nouvelle étape de Lootpack ?

W : (immédiatement) Oui, oui ! Sans aucun doute. Chaque son que l'on fait est dans le but d'apporter quelque chose à Lootpack. Ce peut être moi avec "Secondary Protocol" ou Madlib avec Quasimoto, même avec Declaime... Chaque sortie est différente mais il y a toujours une vibe propre à Lootpack. Sans aucun doute.

A : Peux-tu nous présenter en quelques mots les featurings présents sur ton album ?

W : Il y a Vinia Mojica, dont beaucoup de personnes se souviennent de ses prestations sur des compilations ou sur l'album de Talib Kweli. Il y a aussi Planet Asia, Aceyalone, Spontaneous, The Liks sur ‘The come off' avec Phil Da Agony. LMNO, qui représente le crew des Visionnaries. Percee P. sur ‘Knick Knack 2002', avec qui j'ai été très content de rapper. Il y a également Medaphoar et Oh no, qui font parti de mon entourage.

1 | 2 |