Interview Meaty Ogre

11/07/2004 | Propos recueillis par Shadok

Suite de la page 2

AFFINITES

A : Producteur fétiche ?

M : Je dois dire que Prince Paul est mon favori. Il prend des boucles mortelles, des percus puissantes, et il est très joueur avec tout ça. Les premiers albums de De La Soul étaient conçus comme des mixtapes, avec une vraie continuité et c'est ce que j'essaye de faire. Lui et beaucoup d'autres m'ont inspiré à faire des albums rap quand j'étais gosse.

A : Morceau parfait : quel MC avec quel producteur ?

M : Percee P sur un beat du Bomb Squad.

A : Ta vision d'une prod parfaite ?

M : Organized Konfusion – Stress (l'album entier)

A : Production dont tu es le plus fier ?

M : "Bells of the Beast" (Heardrums records 7" 2001)

A : As-tu déjà eu l'occasion d'entendre des sons français ou étranger productions ? Quelle est ton opinion ?

M : Je n'ai pas entendu grand chose, mais j'ai acheté du hip hop français l'année dernière... La Rumeur, avec ce beat façon G-Funk qui défonce. Je n'ai pas clairement compris les raps, mais il a un flow plein d'énergie. J'aime IAM, que je n'ai entendu qu'à travers leur collaboration avec le Wu-Tang. Il y avait quelques crews que j'ai entendu quand j'étais là l'année dernière qui étaient bons, mais leur nom m'échappe.

A : De nos jours les producteurs 'superstars' sont quelques fois plus en valeur que les rappeurs pour lesquels ils font des sons. Que penses-tu de cela ?

M : C'est comme ça que ça devrait se passer ! Les DJ ont eu leur temps dans les années 80, les MC dans les années 90, maintenant c'est aux producteurs de briller ! Avec les producteurs mainstream, on a l'impression qu'ils prennent volontairement des MC merdiques pour rapper sur leurs beats, pour qu'ils puissent mieux se faire remarquer. Je kiffe ça ! A propos, je suis un grand fan de Timbaland, Lil Jon, Neptunes, Just Blaze, David Banner, OutKast, et beaucoup d'autres trucs commerciaux.


LES ENJEUX DE LA PRODUCTION HIP HOP

A : De nombreux albums sortent sans aucun sample. Entre rejouer une mélodie avec des instruments et sampler en payant des droits, que choisis-tu ?

M : Rejouer, c'est mortel. C'est élégant, et créatif. Si on me donnait le choix de sampler un disque en payant 100 000, je ferais la même chose, rejouer le truc, parce qu'en général, quand tu fais ça, tu finis par faire quelque chose de complètement différent quoiqu'il arrive.

A : Considère-tu qu'un sample doit demeurer un mystère ou n'hésite-tu pas à en dévoiler l'origine ?

M : Je dis toujours aux gens l'origine de mes samples s'ils veulent savoir. Ca me montre qu'ils écoutent, et qu'ils s'intéressent au diggin', chose dont j'adore parler.

A : Penses-tu, comme la plupart des gens, que le reste du monde est inspire par les sons ricains ?

M : Pour la production hip hop, je dirais oui, comme beaucoup de productions étrangères n'atteignent pas l'Amérique, sauf pour ceux qui cherchent par eux mêmes, et c'est un cas rare ici aux States. Cependant, la musique américaine semble être bien distribuée partout dans le monde, alors ce n'est pas vraiment une balance équilibrée.

A : A ton avis, y'a-t-il un 'vrai' son Hiphop ?

M : N'importe quel son avec une batterie dure, une boucle distincte, ou une impulsion continue funky est du hip hop pour moi. Le terme “hip hop” est juste une étiquette, c'est toujours ouvert à des interprétations. Beaucoup de disco, funk et soul des années 80 sont viscéralement des disques hip hop... Et le hip hop a en quelque sorte évolué dans son propre son à partir de ces genres.

A : Quels sont tes coups de coeurs et les choses que tu détestes sur les trois dernières années en matière de production ?

M : Il y a eu des trucs excellents qui sont sortis, et des trucs horribles. Aussi ironique que ça puisse paraître -comme je suis impliqué dans cette scène- je n'ai pas tendance à aimer beaucoup des trucs “underground” que j'écoute en ce moment. J'aime les choses chelou-expérimentales si ça me transporte, mais c'est rare. Je suis plutôt dans les beats dirty south ces temps-ci, les beats avec beaucoup de basse et d'énergie. Je n'écoute pas vraiment de sons hip hop en premier lieu, comme je consacre la plupart de mon temps à écouter du rock psychédélique, du jazz, de la soul, du disco ou du rap old school, et des beats downtempo. J'ai juste le nouveau Ghostface, et 'Run' est mon beat préféré du moment... J'ai les percus, elles viennent de la bande originale de "Biker" (Helles Belles)... Un disque rare, à respecter !

A : Une playlist pour finir, de titres récents ou non, hip hop ou non.

M : Mcneal and Niles - Ja Ja
Ghostface Killah - Run
Mestizo - Life Like Movie
Robust - Pessimist Recipe
Kali Tribe - Kalism
Hard Boys - Strong In The Game
Percee P - Nowhere Near Simple
JVC Force - Big Trax
Gran Gran Rapper - Gran Gran Rapper
Twista - Kill Us All

Big up ! Ecoutez l'album de Mestizo, “Life like movie”, sortie en mai chez Galapagos4 records... Et jetez une oreille sur mon “Micky Ritter” single 7” qui vient de sortir en début avril chez Memphix Records. Peace !

1 | 2 | 3 |