Interview Pete Rock

Pete Rock est une légende vivante. Avec un style reconnaissable entre mille et toujours de nouveaux morceaux dans les tuyaux, on aurait pu le questionner pendant des heures. Nous avons eu quinze petites minutes. Une occasion de ressusciter des souvenirs associés à certains de ses morceaux. Détendu et d'une humilité confondante, Pete s’est pris au jeu avec l’enthousiasme d’un débutant.

31/08/2011 | Propos recueillis par Nicobbl | English version

Pete Rock & C.L. Smooth

Pete Rock & C.L. Smooth - "Mecca and the Soul Brother"

Pete Rock : [Il sourit en entendant les premières notes…] Ce morceau reste un de mes préférés. C'était notre premier EP. Tu sais à l'époque je me disais qu'il fallait vraiment sortir quelque chose pour la rue, un truc énorme et différent. On s'était vraiment bien marrés en faisant ce titre. C'était en 1992, le début de notre carrière en tant que groupe. C'était vraiment facile à l'époque, quand tu t'entends si bien et que les choses fonctionnent bien comme ça. Vraiment une époque très cool, pleine de bons souvenirs.

Termanology - "We killin' ourselves"

P : Le seul truc dont je me souviens à vrai dire c'est que j'étais seul dans le studio le jour où j'ai mixé ce morceau. J'avais fait le mix chez Premier, au studio Headqcourterz. Term' n'était pas là ce jour-là. Je lui avais donné la production et il avait enregistré ses prises de voix dans son coin. On s'était rencontré il y a un moment de ça avec Term', il m'avait dit qu'il voulait bosser avec moi. Je connaissais déjà sa musique, donc je lui ai filé un beat. On a fait un premier morceau ensemble - "Hold that" - et ensuite, on a fait celui-là.

Jazzy Jeff & The Fresh Prince

Fresh Prince & Jazzy Jeff - "Code Red"

P: [Surpris] Wahou, c'est Will Smith ! Ce morceau date de 1991. J'étais vraiment super content de travailler avec lui et Jazzy Jeff. Déjà parce que j'étais fan de leur musique. Je me suis tout de suite très bien entendu avec Jeff, peut-être parce qu'on est tous les deux DJs. J'adorais la façon dont il mixait et scratchait. J'étais vraiment flatté qu'ils fassent appel à moi et me donnent la chance de bosser avec eux et de prouver que j'avais quelque chose. Je me rappelle des moments passés dans l'appartement de Will Smith. Il y avait une vue incroyable sur tout New York. Tu pouvais voir tout Central Park de la fenêtre. C'était magnifique. Je me souviens avoir enregistré ce morceau dans le studio Battery. Ce studio était à New York, dans les locaux de Jive. Au septième étage si ma mémoire est bonne [NDLR : il se marre].
J'ai toujours été plus en contact avec Jeff qu'avec Will. Will c'est quelque chose aujourd'hui ! [rires] Mais si on se recroise un jour, je suis certain qu'il serait toujours prêt à y aller de son couplet. Bon, maintenant c'est pas évident pour lui, il ne peut plus sortir sans ses gardes du corps.

Das EFX - "Real Hip-Hop (Remix)"

P : Je me souviens avoir fait ce remix dans un studio qui était plus ou moins devenu ma maison. Ce studio c'était Green Street, il est à New York. C'est là-bas que Bomb Squad enregistrait les albums de Public Enemy, là-bas également que le Amerrikkka's most wanted d'Ice Cube a été enregistré. Quand Das EFX a commencé à se faire connaitre, j'ai fait quelques remixes pour eux. Ce morceau fait partie de ces remixes. Je l'ai bouclé en une journée, production et mix compris.
J'ai de bons souvenirs de cette époque où je faisais pas mal de remixes. Dans une certaine mesure, ça a contribué à définir mon identité sonore et quel type de producteur je pouvais être. J'ai pris pas mal de plaisir à faire ces remixes mais je me suis aussi rendu compte que les remixes ne comptent pas dans le game. Tu ne gagnes pas d'argent jusqu'à la fin de tes jours en faisant juste des remixes. Tu prends un billet et voilà. A partir de là, j'ai arrêté de sortir des remixes et j'ai commencé à vendre des productions à pas mal de monde. C'était bien plus malin comme approche. C'était une étape pour m'affirmer et me faire connaître.

1 | 2 |