Interview 1995

21/02/2011 | Propos recueillis par Mehdi

« Page précédente | Page suivante »

A : Les Rap Contenders ont pas mal buzzé. Est-ce que vous sentez qu'on parle davantage de vous depuis que ça été mis en ligne ?

AW : C'est clair qu'il y a une émulation parce qu'il n'y avait pas trop de clashs en France. Je pense qu'il y a une vraie demande du public par rapport à ça et, forcément, ça a fait parler de l'Entourage.

AJ : En plus, les gens constatent qu'on met à l'amende des wack MC's au quotidien. C'est aussi un message pour les gens qui ne savent pas rapper : il faut arrêter les mecs ! [Rires]

AW : Même moi qui ai perdu, je reçois des messages... Bref, je ne dirai pas ce que je reçois mais... [Fou rire général parmi les membres du groupe]

DJ Lo : Il nous a fait une Alpha Wann là !

FF : Plus sérieusement, c'est vrai que le format est mortel. C'est accessible à tout le monde, même aux gens qui ne kiffent pas le rap.

Nekfeu : Je ne sais pas si je peux donner mon avis mais on s'en bat un peu les couilles de Rap Contenders. Toute l'année, on est dans tous les open mics de Paris. Celui-ci est filmé et a été diffusé à une plus grande échelle mais on l'a vraiment pris comme un événement comme les autres. C'est vrai que c'est peut-être mieux organisé que d'autres open mics, d'où le fait qu'on en parle davantage.

A : Comme je le disais, vous êtes tous relativement jeunes. Ça se passe comment avec les études à côté ?

AJ : Bac + pera ! [Rires]

S : Je suis en terminale ES mais le rap ne me prend pas spécialement de temps... et l'école non plus d'ailleurs. En fait, je flâne totalement [Rires] !

AJ : Sinon, Alpha Wann est à la Fac et étudie les lettres modernes, Fonky Flav prépare son diplôme pour rentrer à la NASA l'année prochaine et Nekfeu se contente d'être lui-même, ce qui est déjà un travail épuisant [Rires].

AW : On ne va pas se mentir : les cours servent uniquement à rassurer la famille !

FF : Concernant le rap, on ne pose pas de question niveau thunes. On rappe parce qu'on en a envie.

S : Tu dis ça parce que tu sais que t'auras un vrai salaire [Rires] !

AJ : On ne fait pas du rap pour gagner de l'argent mais c'est quelque chose qu'on fait sérieusement. Après, si certains d'entre nous ont des choses à faire à côté, boulot ou études, ils y vont. Personnellement, j'ai quitté mon boulot parce que je voulais me laisser du temps pour être à fond dans la zique. D'autant plus que je travaillais de nuit et que je ne pouvais pas aller à des concerts. Entretemps, j'ai monté mon label avec DJ Lo, JLC Records. Tant qu'on est jeunes, on veut en profiter au maximum. On a 20 ans, on a des putains de rimes, on est là ! Pas sûr qu'on soit toujours là à 60 piges [Sourire].

"La Sexion plaît à certaines personnes, on plaît à certaines personnes... Ces comparaisons ne servent à rien. Dans ce cas-là, pourquoi est-ce qu’on ne nous compare pas au Wu ? [Rires]" (Areno Jaz)

A : Nekfeu, tu peux nous en dire davantage sur 5 majeur ?

N : C'est un projet mené avec des potes à moi de Province : Vidji, Keroué, Hunam et Heskis. J'ai bougé à Rennes où on a fait la première partie de la Rumeur, j'ai bougé à Nantes et, comme ils avaient un petit studio, on a enregistré le projet dans la foulée. On aimerait bien en faire une série. Dès que je me sentirai d'attaque, j'irai là-bas pour faire des morceaux. Ce sont de bons gars avec qui il y a vraiment des choses à faire.

A : En regardant rapidement les forums, on a le sentiment que la comparaison avec la Sexion d'Assaut est inévitable aux yeux du public...

AW : On se connaissait et rappait ensemble avant que l'on ne commence à vraiment entendre parler de la Sexion d'Assaut. Maintenant, nous aussi on a pensé à cette comparaison et on l'a entendu dans la bouche de certaines personnes.

N : La comparaison est ridicule : est-ce qu'on a comparé la Sexion d'Assaut à la Cliqua ?

AW : Nan mais plusieurs personnes les avaient comparés au Saïan !

N : Ils sont complètement stupides alors parce qu'il n'y a rien à voir [Rires] . Après, en effet, on des rappeurs de Paname intra-muros, on est un groupe, on freestyle... Il y en a énormément des groupes qui répondent à cette configuration.

FF : Ceci dit, je n'ai aucune difficulté à dire que je kiffe les gars de la Sexion. Pas forcément au niveau de ce qu'ils ont sorti mais la démarche est respectable. Beaucoup de gens les critiquent aujourd'hui parce qu'ils sont devenus une cible facile.

AJ : La Sexion plaît à certaines personnes, on plaît à certaines personnes... Ces comparaisons ne servent à rien. Dans ce cas-là, pourquoi est-ce qu'on ne nous compare pas au Wu ? [Rires] C'est comme si on avait comparé Fabe et NTM parce qu'ils rappaient à la même époque.

A : Vous êtes assez présents sur Internet. C'est un moyen privilégié pour vous de communiquer ?

N : Ça va très vite sur Internet. Le relais que représente un outil comme Facebook est impressionnant.

FF : Après, cette utilisation d'Internet s'est presque faite malgré nous. Il y a quelques temps, on faisait des sons mais ils ne tournaient pas. Je ne me considère pas comme un gars de la génération Facebook mais ça nous a considérablement aidé. A l'époque où on mettait nos morceaux sur Myspace, personne ne les écoutait.

N : On a clairement vu une différence à partir du moment où on s'est mis à la vidéo. C'est notre pote Candy Cotton qui s'occupe de quasiment toutes nos vidéos. En sortant de prison, il s'est motivé et s'est investi là-dedans. Ça nous a beaucoup aidé.

AJ : Même les trucs de merde improvisés et filmés à l'arrache tournaient davantage que les sons qu'on mettait sur Myspace. Aujourd'hui, les gens sont friands de vidéos et il faudrait presque filmer l'album. Les gens se feraient des soirées à écouter tout l'album en regardant les vidéos.

S : Là-dessus, la Sexion d'Assaut a probablement ouvert des portes. Tout le monde a regardé leurs vidéos freestyles, même les gens qui s'en battaient les couilles du rap.

AJ : Grâce à l'effet vidéo, les mecs qui font du rap sont devenus frais alors qu'avant t'étais un peu un loser, seul dans ta chambre.

1 | 2 | 3 |