Article Abcdr d'or 2009

Notre sélection annuelle - volume 7 - est à l'image des précédentes : un peu de consensus et surtout une bonne dose de diversité à même de susciter quelques bonnes prises de gueule. Ca tombe bien, c'est aussi un des objectifs de ces classements. Découvrez également votre sélection, celle des lecteurs ayant pris le temps de voter, en page 4.

24/01/2010 | Par La rédaction

Article : Abcdr d'or 2009

Mehdi

01. Rick Ross - Deeper than rap
De tous les albums sortis cette année, on n'aurait sûrement pas parié sur Rick Ross pour remporter la palme du disque le plus abouti. Malgré une crédibilité en très large perte de vitesse et les assauts répétés de l'ogre 50 cent, William Roberts a livré une pièce intemporelle, solidement portée par une dream-team de beatmakers au premier rang desquels figurent les J.U.S.T.I.C.E League auteurs de "Maybach Music 2", définitivement un des hymnes de l'année.

02. Clipse - Til the casket drops
Si "Til the casket drops" n'atteint peut-être pas la quasi-perfection des deux premiers albums des frères Thornton, il n'en demeure pas moins un album de haute facture à l'occasion duquel le duo a élargi avec succès ses influences puisqu'en plus des Neptunes ('Doorman' !), on retrouvait également DJ Khalil ('Kinda like a big deal' !) et les Hitmen ('Freedom' !). Street anthem ('Popular demand'), mise au point agressive ('There was a murder') ou single en puissance ('All eyez on me'), 'Til the casket drops' fait sûrement figure de transition dans leurs carrières et on est forcément curieux d'entendre la suite.

03. Daz Dillinger - Public enemiez
Peu importe les bouleversements que peut subir l'industrie musicale, Daz Dillinger continue son bonhomme de chemin et fait définitivement preuve d'une productivité exemplaire. Si ses derniers projets solos furent quelque peu inégaux, 2009 fut une belle année puisqu'elle marqua le retour au premier plan du DPG avec le réussi "That was then : this is now" et l'excellent "Public enemiez", assurément sa meilleure livraison depuis 2005 et le sous-estimé "Tha Dogg Pound Gangsta LP".

04. Blaq Poet - Blaqprint
Là où tout le monde attendait Jay-Z, Raekwon ou 50 cent, ce sont Blaq Poet et DJ Premier (producteur de 13 des 15 titres de l'album) qui ont accouché de l'album new-yorkais le plus percutant. Entre nostalgie douce-amère ('Voices'), egotrip surpuissant ('Legendary Pt. 1') et déclaration d'amour au rap ('Rap addiction'), ce "Blaqprint" passe la vitesse supérieure après un "Déjà screw" de haute volée.

05. Eminem - Relapse
Chaque année a droit à son come-back inespéré. 2009 fut celle qui vit le retour au premier plan d'un Eminem revenu d'outre-tombe après avoir suscité les spéculations les plus improbables sur son état et la tournure qu'il allait donner à sa carrière. Produit d'une main de fer par un Dr. Dre infatigable, "Relapse" réussit là où "Encore" avait précisément échoué : réussir à trouver le parfait équilibre entre les différents alter-egos de Marshall Mathers.

Top Mixtapes :
01. Freddie Gibbs - Midwestgangstaboxframecadillacmusik
02. B.O.B - Should have been the first album
03. Drake - So far so Gone
04. Stat Quo - Quocity
05. Lil Wayne - No ceilings

Top Morceaux :
01. Rick Ross & Nas - Usual Suspects
02. Clipse & Cam'ron - Popular demand
03. Orelsan - Jimmy Punchline
04. B.O.B - I'll be in da sky
05. Dry - Kick Dur
06. Venom, Sovan & Double K.O - Depuis tout petit
07. Wale & Gucci Mane - Pretty Girls
08. Dogg Pound - Westside rydin
09. Drake, Treyz Songs, Lil' Wayne - Successful
10. Beanie Siegel, Young Chris, Omilio Sparks - Run to the Roc
11. Disiz la Peste - Alors tu veux rapper ?/Flowmatic
12. Gucci Mane - Classical (intro)
13. Booba - Rat des villes
14. 50 Cent - Death to my enemies
15. Raekwon, Ghostface & Method Man - New wu
16. Mala - La Malekal
17. Cam'ron - Never ever
18. Nipssey Hussle - Roll the windows up
19. Big Boi & Gucci Mane  - Shine blockas
20. Daz Dillinger - Life stagez

Anthokadi


01. Oxmo Puccino – "L'arme de paix"
Deux jeux de mots en un sur la pochette, une agilité de plume et d'instruments qui confine parfois aux mille saveurs d'une partie de Scrabble sous les hélices du plafonnier d'un maquis sahélien, captées par le Quartier libre de Caroline Cartier… Et puis cette part d'incompréhension que seules suscitent les œuvres dignes de ce nom – "l'art me dopait", pleure-t-il (peut–être) en codé.

02. Sexion d'assaut – "L'écrasement de tête"
Après l'avènement, l'écrasement. Derrière le déluge d'intentions qui s'abat piste après piste, une rigueur extrême, l'empreinte d'une tatane de trente–trois tonnes… Ne lésinez pas sur les séries de pompes claquées et d'abdos, minots : la Sexion et la musique, c'est Obélix et sa marmite... sauf qu'au fond c'était plutôt du tieboudienne.

03. Raekwon – "Only built 4 cuban linx part. II"
Tels Jay–Z et la série des Blueprint ou Lil Wayne avec celle des Carter, Raekwon bisse le slogan qui l'a fait Chef, quelques cubitainers de coco en plus et les menottes d'ODB en moins. Quatorze ans après, rien n'a vraiment mué si ce n'est Method Man, inhumain de charisme et de facilité, capable en un sourire de changer seize mesures en huit diagrammes.

04. CunninLynguists – "Strange journey vol.1"
Expert ès crescendo d'émotions en spirale, de nappes frénétiques et de recueils de bruitages délicats, le groupe au nom qui fleure bon les préliminaires sur Dunlopillo parvient, projet après projet, au seuil de ce que DJ Shadow intitulait joliment 'Building steam with a grain of salt'.

05. 25G – "Cabochards"
"25G, il va chier et tuer tes sanitaires, il est fier d'être sagittaire" : en dépit des apparences de rap Bidochon auquel ces rabelaiseries en calcif Neochrome tendraient à le cantonner, "Cabochards" restera peut-être comme l'hommage le plus sincère de l'année d'un fils prodigue à sa famille revendiquée, la marge sociale du rap en français, dans le sillage de l'éclaireur Seth Gueko.

10 morceaux :
01. Oxmo Puccino – 'Soleil du Nord'
02. Raekwon feat. Ghostface Killah & Method Man – 'New Wu'
03. Zone libre feat. Casey – 'La chanson du mort–vivant (live)'
04. Rocé – 'Des questions à vos réponses'
05. Clipse feat. Kanye West – 'Kinda like a big deal'
06. Al K–Pote feat. Reeno, Freko, Twinky, Dapro & Noss – 'Sucez ma sucette'
07. Eminem – 'Same song and dance'
08. Casey – 'Créature ratée'
09. Dead Prez – 'Summertime'
10. Seth Gueko – 'Un couple impair'.

Zo.

01. Mysa – Enfermé dehors, jamais libre
En état d'alerte, en plan ORSEC, en maquisard qui sort de sa cache, mais avec tout de même une dose d'onirisme contrairement à ce qu'il laisse croire (les très belles métaphores de certains refrains) c'est ainsi que déboule "Enfermé dehors, jamais libre". Mysa tire le signal d'alarme autant de fois qu'il droppe de pistes et fait dérailler le train des illusions en guise de grand sabotage final.

02. Fred Yaddaden – The shadow of a rose
Il est un peu agaçant de voir "The shadow of a rose" présenté en tant qu’album de mélancolie nocturne, comme si celui-ci était réservé exclusivement aux songes d’un nyctalope. Discrimanant ? Non, réaliste, tant il est délicat d’imaginer ces belles mélopées évanescentes serpenter autour d’autre chose que de pensées expirées sous la voute céleste. Un disque qui a aidé les longues nuits d’hiver à s’évaporer, plus loin du chevet qu’il n’y parait.

03. The Slew – 100%
Soyons sincères : si Kid Koala n’était pas au centre du projet, cet album serait plutôt rangé dans la catégorie rock. Il n’empêche qu’une nerveuse guitare électrique placée sur les platines de l’enfant marsupial, ça en jette autant que les 'Rockstar' de Z-Trip. Les cuts ont beau ne pas être la propreté et la technique incarnée, ça cogne sec, d’autant plus quand c’est produit par Maria Caltado Jr. Peut–être pour ça qu’Eric the Kid en a parlé comme un "Nirvana du turntablism".

04. Invaderdz – Ufologie
"Ufologie" est de ces disques qui se veulent OVNI du rap. A la croisée des chemins, teinté en amont de références de science–fiction et pratiquant un rap aux bordures de l’alternatif, les Invaderdz portent leur disque avec un concept casse-gueule : l’humanité vue par des extraterrestres. Au final, il s’avère qu’être extraterrestre dans le rap, c’est simplement concevoir l’entrée dans l’âge adulte en ayant le courage de jeter un œil dans le rétro. Très terre à terre pour finir.

05. Scarz le rapologist – Contre l'air du temps
Le net brasse tellement de MCs qui droppent gratuitement leurs projets que la plupart restent les pieds solidement ancrés dans la vase. Seules quelques bulles d’air éclosent parfois à la surface en guise de témoignage d’une présence. Avec ses régulières sorties, Scarz a un peu plus fendu le bloc de béton autour de ses chevilles d'internet MC. En sous-marin, "Contre l’air du temps" fend la surface, consacre des appuis violents, offre des morceaux très immersifs aux production bien ficelées. Un album entre errances au long cours et torpillages de beats en sous-marin.

Playlist sans ordre passé les 5 premiers :
Invaderdz – 505
Piloophaz – Au pays des rêves bleus
Dixit & Calavera – Vent de ruines
Scarz le rapologist – Banc public
Orelsan – La peur de l'échec
Cyesm – Warning feat. A–pathetic
Donkishot – Le vieux chien
Taïpan – Plus rien ne m'étonne (AFPAN #01)
Zone libre & Hamé – Le mur
Myka 9 – To the sky
Zone libre & Casey – Purger ma peine
Dreyf – Pesticide
People Under The Stairs – Trippin' at the disco
Tacite – Un cri venu des sous–sol
Eminem – We made U
Thomas Traoré – Choix de vie
Mysa – Sous la pluie
Hilltop Hoods – The return
Assos' 2 Dingos - Quand on arrive en ville (2008)
Ali'n & Cesko – Définitivement

1 | 2 | 3 | 4 |