Interview Marvo

16/06/2008 | Propos recueillis par The Unseen Hand avec Mehdi et Nicobbl (traduction) | English version

Suite de la page 1

A : Tu es jeune, qu’est ce qui te donne envie de consacrer ta vie à la musique ?

M : J’aime la musique ! Je ne suis pas seulement un rappeur, je joue du piano, je lis la musique, j’écris la musique et je fais des beats. Je suis tombé amoureux de la musique tout petit et j’ai été signé à 15 ans, quand j’étais au lycée. Tout est arrivé si vite que je savais ce que je voulais faire.

A : Comment comptes tu t'imposer dans le milieu ?

M : Ca commence en faisant de la musique de qualité. Si tu fais de la bonne musique ensuite tu vas attirer des vrais gars du milieu. Un gros producteur comme Buckwild, qui a fait des morceaux pour B.I.G, Jay Z, Nas, m’a contacté après avoir entendu un de mes morceaux appelé 'Dreams of kidnapping an Industry Exec.' Il prend normalemenr 30 000 à 40 000 $ pour un morceau et là il m’a donné 4 beats gratuitement parce qu’il était genre : "Ce mec va devenir le prochain Jay Z ! Alors laissez moi lui donner quelques beats comme ça je pourrai dire qu’il a rappé sur mes beats et que je suis l’une des personnes qui l’a découvert." C’est en faisant de la très bonne musique que tu attteins les sommets. Tous les sommets. C’est le point de départ de tout, et ce qui fait que les gens vont te rejoindre. Quand les gens entendent ma musique, ils entendent la qualité, l’effort et le temps que j’ai mis dedans.

A : Quel était ton état d’esprit quand tu as écris des morceaux comme 'Dreams of kidnapping an Industry Exec' ?

M : Quand j’étais en train d’écrire ce morceau, j’étais frustré parce que beaucoup de gens venaient me voir et me disaient qu’ils avaient de l’argent et qu’ils voulaient investir dans ma carrière, qu’ils allaient faire ceci et cela pour moi. Ils jurent qu’ils vont faire toutes ces choses pour moi mais ne font rien du tout. Ces gens de l’industrie à Chicago ne me donnent pas la reconnaissance que je mérite, les rotations en radio etc. Toutes ces choses ont joué un rôle et m’ont poussé à écrire ce morceau. Alors j’étais genre "qu’est ce que je dois faire pour que quelqu’un reconnaisse mon talent ?" Et je sentais que ce qui devait être fait était ce que mon co-manager m’a dit "Mec, tu dois kidnapper un boss de l’industrie !" A cause de ça, on savait déjà que Jay-Z était la cible parfaite parce qu’il est devenu président de Def Jam à cette époque. Beaucoup de personnes sont venues vers moi pour me dire "Oh t’es en train de t’attaquer à Jay-Z !".

Mais si tu écoutes attentivement, je ne m’attaque pas à lui. Le morceau dit simplement que si tu recherches la prochaine bombe dans le hip-hop, alors tu dois me signer parce que beaucoup de ces nouveaux artistes ne vont avoir aucune longévité dans la musique. Ils suivent juste la tendance ! Je ne fais pas ce genre de musique. Je fais de la musique pour l’âme. La musique est la bande son de ma vie. Je vais te dire quelque chose : 95 % des gens vont en soirée pendant 10% de leur vie. Pourquoi 95% de la musique est de la musique de soirées ? Les gens peuvent se reconnaître dans des morceaux qui parlent d’être en retard sur le paiement de leurs factures, de travailler dur pour payer leurs factures, de vendre de la drogue contre leur propre volonté seulement pour survivre parce qu’ils ne peuvent pas trouver de boulot vu que l’économie est complètement foutue. Il ne s’agit que de ça. C’est le genre de musique que je fais. De la musique à laquelle les gens peuvent s’identifier.

Je crois qu’une grande partie de la musique est faite pour la destruction de la communauté noire parce que la musique qu’on entend est la musique qui nous encourage à tirer sur nos frères et à appeler nos sœurs des putes. La musique qu’ils diffusent nous fait clairement du mal culturellement parlant parce que les mecs écoutent ça. A la fin de la journée, tu dois éduquer les gens. Ma musique parle d’éducation. C’est ça le hip-hop. Le hip-hop a toujours éduqué les gens à travers des morceaux et des rimes dont tu peux te souvenir facilement. J’ai un titre qui s’appelle 'Just breathe' ; il est censé inspirer les gens. Beaucoup de gens critiquent parce que je fais de la musique pour la rue mais je dois faire de la musique pour mes gens avant toute chose.

A : Est ce que tu penses que tous ces éléments te distinguent des nouveaux talents qui débarquent ?

M : Oui et non. Un artiste comme Lupe Fiasco parle également d’éducation mais moi, je suis jeune, et la jeunesse se reconnaît en moi. Lupe porte son attitude de Nerd, c’est son image mais la majorité de la population pense qu’être un Nerd c'est ringard et pas cool du tout. Personne ne pense que le type qui porte des lunettes c’est LE mec cool ! Malheureusement, tu dois parler au plus grand nombre. Je dois faire des compromis et faire de la musique pour les clubs. Kanye est un génie mais des gens comme Lupe…ne suivent pas les tendances. Je sais comment l’industrie fonctionne et je dois faire des choses qui plaisent aux personnes qui vont dans les clubs. Tu dois leur donner le CD simplement pour qu’ils comprennent le vrai message derrière ta musique. C'est une façon détourner de contribuer à éduquer le public. Mon album ne sera pas un album rempli de chansons pour les clubs, J’aurai 4 ou 5 singles dedans mais le reste de ma musique sera éducative, elle emmènera les gens dans Chicago, permettra aux gens de savoir quel type de vie on a et pourquoi on fait les choses comme ça.

A : Tu as mentionné la frustration comme une de tes inspirations pour l’écriture. Quelles sont tes autres sources d’inspiration ?

M : J’écris à propos de ce que j’ai vécu mais ma plus grande inspiration est mon fils. Il m’incite à en faire davantage pour être plus fort. Il ne s’agit plus seulement de moi maintenant, il s’agit de ma succession et de sécuriser son futur pour qu’il n’ait pas à rester dans la rue comme j’ai dû le faire. On m’a déjà tiré dessus, poignardé et j’ai fait un certain nombre de choses dans ma vie dont je ne suis pas fier. Je ne m’en vante pas. Je ne veux pas que mon fils vive la même chose.

A : Tu penses que les rappeurs sont les nouveaux leaders de la communauté noire ?

M : Clairement ! Traditionnellement, les leaders étaient les dealers de drogue ou les leaders de gang mais maintenant les rappeurs sont les nouveaux leaders de la communauté noire et je crois que le message véhiculé par notre musique y contribuera. Il faut qu’on prenne conscience de la responsabilité qu’on peut avoir quand on dit certains trucs. Beaucoup des rappeurs qui sont sur le devant de la scène ramènent un délire gangster alors qu’ils n’y connaissent rien. C’est juste du paraître. Mais ils encouragent tous les gamins qui écoutent leur musique à devenir un gangster. Les vrais gangsters ne rappent pas !

A : Comment réagirais tu si ton fils te disait qu’il voulait rester dans le ghetto ?

M : Je ne serai pas surpris. Je ne ferai que l’éduquer. La vie est une question de choix et je veux que tu comprennes les conséquences de chacun des choix que tu fais. Les conséquences de ce choix là seraient la prison et la mort et je le laisserai suivre ce chemin.

Mais je ne pense pas que mon fils va mener cette vie là parce que j’ai bien l’intention de réussir, et ce avant même qu’il ait à faire des choix. Son choix sera le suivant : est-ce que je veux gérer l’entreprise de mon père ou ma propre entreprise?

A : Est ce que tu penses que l’avenir de la communauté noire sera meilleur si Obama est élu ?

M : Je pense que le futur de la communauté noire peut être meilleur si Georges Bush est réélu. Ca commence avec nous. Nous n’éduquons pas nos enfants, nous laissons la radio et la télévision le faire et ça explique l’état actuel du monde. Parce que les gens sont tellement occupés à essayer d’avoir 2 jobs en même temps pour survivre qu’ils n’élèvent pas leurs familles. C’était le plan ! Le plan est de diviser nos foyers. Quand ton père passe son temps à bosser dur, qui est là pour enseigner la discipline ? Quand une mère et un père ont un fils, la mère est là pour apporter de l’amour et le père est là pour t’enseigner la discipline. Quand tu brises des foyers, tu fragilises l’avenir des enfants. C’est pour ça qu’ils appellent un enfant qui n’a pas de père un batard. Si tu regardes les statistiques en Amérique, la plupart des enfants qui finissent en prison n’ont pas eu de père durant leur vie. Ils n’ont pas reçu la discipline qui leur aurait fait réaliser les conséquences de leurs actes. Il y a une conséquence pour tout ce que tu fais. Quand tu récompenses  un enfant, tu participes aussi à son éducation.

A : Tu as récemment sorti "Respect and Live volume 2". Comment ça se passe pour ce projet ?

M : Ca se passe plutôt bien mais nous n’avons pas encore fait de promo. On l’a mis en ligne mais il n’y a pas beaucoup de promotion derrière.

A : Qu’est ce que tu en attends ?

M : Un deal avec une major !

A : Quel genre de deal ?

M : Je ne peux pas vraiment en parler parce qu’il y a beaucoup de paperasse derrière mais je ne me précipite pas pour obtenir un deal parce que beaucoup d’artistes sont bloqués en major et ne sortent rien.

A : C’est sorti sous le label Supreme Money Maker. Qu’est ce que tu peux nous en dire ?

M : Supreme Money Makers est un label indépendant et un mouvement qui va encourager chaque jeune homme et chaque jeune femme, peu importe ta race ou ton sexe, à devenir le meilleur dans ce que tu fais. C’est pour ça que le Supreme vient avant Money Makers. Il s’agit de faire comprendre aux gens qu’ils ont le choix entre être quelqu’un d’important ou un anonyme. Le choix est entre tes mains. Nous sommes simplement en train d’essayer d’influencer la jeunesse à devenir des gens importants.

A : Quels sont tes projets pour les prochains mois ?

M : Nous sommes en train de rechercher un deal et je pense signer très bientôt.

 


 

Vidéos :

Marvo - Just A Dream (Prod. By Don Cannon)

Marvo Freestyle

 

Son : Marvo - 'Dreams Of Kidnapping An Industry Exec' (produit par Herb Brasko)

La page Myspace de Marvo

1 | 2 |