Chronique

The Cool Kids
Totally Flossed Out EP

The Cool Kids - Totally Flossed Out EP

"The black version of Beastie Boys". Voici la façon alléchante dont se présentent eux mêmes les deux Cool Kids. Une formule rafraîchissante et sans ambiguïté, aucune, prenant pour exemple les pionniers du rap 'blanc' à grande échelle, des années 80 à aujourd'hui, souvent précurseur, jamais dans la tendance mais toujours hype et à mort dans le fun, même à plus de quarante balais. Les Cool Kids, eux, sont loin de la quarantaine grisonnante. Comme leur nom l'indique, Mikey Rock et Chuck Inglish ont 19 et 22 ans et suivent plus ou moins les cours à la fac dans leur ville de Chicago entre deux parties de Zelda sur NES, un changement de sneakers étincellantes et un tour en BMX dans le quartier. Des jeunes cools quoi.

Leur atterissage dans le microcosme musical est un peu arriviste. En plein milieu de cette vague 80's Fluo où Kanye découvre les Daft Punk par le biais de son dj sur scène, A-Trak, lui aussi l'archétype du Kid boutonneux, déclassant les légendes de la scratch music alors qu'il n'avait que 15 ans. Alors que M.I.A sillonne les USA avec sa world music du futur, des hybrides typiquement appréciés du public européen font leur place au soleil. Ni trop rap ni vraiment electro, cet espèce de mélange acidulé ou explosif pointe le bout de son nez, signé sur Ninja Tune ou de sombres labels anglais. L'étiquette est 'alternative' ce qui n'est d'ailleurs pas vraiment un gage de réussite extrême sur le sol américain. Et donc à côté de la B.music de Spank Rock et Amanda Blank émergent les Cool Kids entre buzz myspace, bouche à oreille tendance et tournée avec les ongles colorés de Kid Sister ainsi que la furie de M.I.A. En quelques mois, ils ont déjà leur featuring avec Lil Wayne, preuve de tendance maximale. Leur nom est sur toutes les bouches.

Ce EP est la quintessence de cet esprit. 8 tracks, 8 tueries homogènes sans artifices entièrement rappés et produits par les deux kids. L'idée de départ, s'il y en a vraiment une, c'est de revenir à la spontanéité la plus totale. Un beat, un rap. Sans travail forcé ou recherche profonde de texture ou de détails. Juste un beat, un rap. Dépouillé à l'extrême. Les références des Cool Kids viennent de l'âge d'or du rap, pas vraiment mid 90's comme on aime assez le croire  dans nos vieilles contrées européennes mais plutot mid 80's. La rage d'un LL Cool J sur 'Radio,' la versatilité et le bagout d'un Slick Rick sur 'Children Story', la puissance des basses et des rythmes hypnotiques d'un EPMD sur 'You Gots To Chill', les deux compères s'en veulent les héritiers, les porte-drapeaux. En fait non. Ils ne se réclament d'aucune cause mélangeant la pop la plus acidulée au ruffneck le plus crasseux. Juste ils reviennent à l'esprit de fête, d'énergie positive et naturelle qui découlait de cette époque. Et comme nous sommes en 2008, ils récupérent l'image et l'esthétique qui va avec. Sur le single 'Black Mags', on vante les mérites de BMX aux jantes noires, sur 'A Little Bite Cooler', il s'agit de mesurer la cool attitude dans toute son amplitude alors que la plupart des tracks reprennent juste l'esprit de performance pure très symptomatique des débuts du Hip Hop.

Mikey et Chuck sont un peu les Run et DMC du XXIème siècle, le son lourd sans discours politique ou fausse morale du ghetto, juste le mouvement qui a vraiment permis au Hip-Hop de se mettre à égal avec le Rock'n Roll. Mais ils ne s'arrêtent pas là comme une vulgaire copie vingt ans après. Ils s'intégrent dans le paysage le plus créatif et le plus crossover entre Kanye West et les Neptunes, mais aussi Jay Dee et Detroit, les mouvements de Baltimore, Hyphy de la Bay, Juke de Chicago ou Electro "à la française". Ils ont ingurgité toute cette culture à une vitesse folle, apportant, encore dans le minimalisme et la simplicité, l'énergie et le mouvement essentiel. Ils n'ont rien inventé mais amènent tout de même une réflexion différente : le Hip Hop des années 90 étaient énormément influencé par la Soul, le Jazz, la Funk, la musique que les acteurs de cette époque avaient écoutée via la collec de disque de leur papa ou la culture de leur communauté, de leur quartier. Là on arrive à une ingurgitation de Rap pour faire du Rap. Les Cool Kids n'étaient même pas nés lorsque les légendes, dont ils se délectent, défoncaient les bandes FM. Ils digérent maintenant la musique de la génération d'avant et balancent des voix de Rakim cut n'copy en guise de refrain sur 'Pump up the Volum', des riffs de guitares à la Rick Rubin sur '88', des kits de batteries dignes d'une TR-303 boostée aux amphéts sur 'One Two', des freestyles sans complexe sur des breakbeats endiablés tel 'What it iz'.

Les cantonner à une simple tendance pour bobo américains et jeunesse trendy serait vraiment trop réducteur tant les espoirs d'un son résolument nouveau sont permis. On parle réellement d'une nouvelle génération qui se fout des étiquettes, des carcans ou des modes, une génération avec ses nouveaux codes et sa musique inspirée des générations antérieures. Tellement une nouvelle génération que ce EP n'existe pas. Il s'exporte de disque dur en disque dur sans n'avoir aucune attache autre que ce nouveau son et une signature chez Chocolate Industries. Les anciens risquent d'y retrouver l'énergie et l'esprit des premières danses sur carton, les moins anciens y retrouveront des accents à la Clipse, la coke en moins, pendant que les plus jeunes applaudiront un son résolument collé à leur époque. Le serpent se mord la queue. Quelque part une page se tourne.

Lecaptainnemo, 17/02/2008

TRACKLIST

01. Black Mags (The Cool Kids/The Cool Kids)
02. 88 (The Cool Kids/ The Cool Kids)
03. I (Mikey) Rock (The Cool Kids/ The Cool Kids)
04. Pump Up the Volume (The Cool Kids/ The Cool Kids)
05. One Two (The Cool Kids/ The Cool Kids)
06. A Little Bit Cooler (The Cool Kids/ The Cool Kids)
07. Gold And a Pager (The Cool Kids/ The Cool Kids)
08. What It Iz (The Cool Kids/ The Cool Kids)

CHRONIQUES LIEES

ARTICLES LIES