Chronique

Lupe Fiasco
Food & Liquor

Lupe Fiasco - Food & Liquor

"Don’t believe the hype".

A la fois musulman pratiquant, collectionneur de sneakers, passionné par le skate et la culture japonaise, bloggeur assidu avec une paire de lunettes rondes collée sur le nez, Lupe Fiasco est loin d’être un personnage unidimensionnel. Il multiplie plutôt les (grands) écarts avec une étonnante versatilité. Rapidement et injustement catalogué comme une simple victime de la mode, Lupe s’avère en réalité bien plus complexe. Hâtivement comparé à Pharrell (The Neptunes) pour son image de nerd un peu branchouille, Common ou Kanye West pour des questions géographiques (Chicago) et musicales, il mérite autre chose que ce jeu de comparaisons un peu foireuses. Et ce au moins parce qu’il a indéniablement plus de bon sens que la moyenne.

Connu pour son couplet sur 'Touch the Sky' ("Late Registration"), il est également celui qui a eu la bonne idée de rappeler à Mr. West qu’avant d’être éternels les diamants de la Sierra Leone sont avant tout sanglants. Et c’est après cette explication de texte que Kanye a revu sa copie ('Diamonds from Sierra Leone remix'). Deux bons points pour lui.

Signé sur Atlantic au grand dam du président Carter qui aurait voulu l’intégrer au sein du roster Def Jam, Lupe boucle "Food & Liquor" début 2006... avec le soutien et les conseils de Jay-Z, producteur exécutif sur cet album. Téléchargé massivement avant sa sortie officielle, ce premier long format voit finalement le jour six mois plus tard dans une version en partie revue.

Elaboré par les deux producteurs maison (1st and 15th Productions) Prolyfic et Soundtrakk, soutenus avec plus ou moins de succès par quelques invités prestigieux (Kanye West, The Neptunes, Mike Shinoda) "Food & Liquor" offre avant tout un édifice sonore à la fois solide et cohérent. Rythmé régulièrement par de grosses boucles de soul charmeuses et chatoyantes, l’ensemble prend des allures grandiloquentes. Porté par quelques réussites évidentes, il rappelle par instants "The college dropout" (Kanye West) ou "Chain letters" (Supastition). Au firmament de ces succès, on retrouve 'Hurt me soul', envolée soul d’un Needlz décidément très affûté et 'Daydreamin’', composition délicieusement sucrée revisitant joyeusement le 'Daydreamin' in blue' de I Monster et appuyée par la voix fleurie de Jill Scott.

A l’heure de l’omniprésence des règlements de comptes médiatiques, défilés de bagnoles rutilantes et multiples récits autour de la drogue avec l’explosion des scènes de Houston, Atlanta ou Miami, Lupe insuffle un vent d’(apparente) innocence, apportant un peu de fraîcheur dans ce climat parfois un rien étouffant. Sur 'Daydreamin’' il raille les réalités matérialistes actuelles avec un humour certain n’allant pas sans rappeler 'What they do ?!' (The Roots), tout en dressant un portait décapant de la société américaine sur l’excellent 'American Terrorist'. Critique et plutôt lucide, il sait aussi se montrer plus léger à l’image de 'Kick, push', gentille amourette d’un jeune skateur traversant les rues de la ville.

Alors, bien entendu, Lupe n’est ni un monstre de charisme ni une bête de scène, mais ses inspirations flirtant entre froide lucidité et envolées un rien candides coulent à merveille sur ces chaudes productions. Et c’est avec un certain recul que Lupe désosse ses propres contradictions sur 'Hurt me soul', se rappelant avoir été partagé entre ses principes et les inspirations très imagées du sexologue d’Oakland Too $hort. Il y a enfin ces détails qui n’en sont pas vraiment et qui contribuent à rendre le bonhomme sympathique : cette idée de ressusciter l’imagerie des années 85-95 sur 'I gotcha' ou cette volonté de dédier cet opus à sa grand-mère, rappelant au passage "One day it will all make sense" (Common).

Passons une 'Outro' un rien interminable et tout à fait dispensable pour affirmer l’évidence. Lupe Fiasco mérite d’être reconnu à sa juste valeur : à savoir comme l’auteur d’un des albums les plus rafraîchissants d’une année 2006 décidément bien riche.

Nicobbl, 21/01/2007

TRACKLIST

01. Intro
02. Real (Lupe Fiasco-Sarah Green / Soundtrakk)
03. Just Might Be Ok (Lupe Fiasco-Gemini / Prolyfic)
04. Kick, Push (Lupe Fiasco / Soundtrakk)
05. I Gotcha (Lupe Fiasco / The Neptunes)
06. The Instrumental (Lupe Fiasco-Jonah Matranga / Mike Shinoda)
07. He Say She Say (Lupe Fiasco-Gemini-Sarah Green / Soundtrakk)
08. Sunshine (Lupe Fiasco / Soundtrakk)
09. Daydreamin' (Lupe Fiasco-Jill Scott / Craig Kallman)
10. The cool (Lupe Fiasco / Kanye West)
11. Hurt Me Soul (Lupe Fiasco /Needlz)
12. Pressure (Lupe Fiasco-Jay-Z / Prolyfic)
13. American Terrorist (Lupe Fiasco-Matthew Santos / Prolyfic)
14. The Emperor's Soundtrack (Lupe Fiasco / Soundtrakk)
15. Kick, Push II (Lupe Fiasco / Brandon Howard)
16. Outro

CHRONIQUES LIEES

INTERVIEWS LIEES