Chronique

Jus Allah
White Nightmare

Jus Allah - White Nightmare
  • Omnipotent Records
  • Sortie : Aout 2002

Ancien emcee des Jedi Mind Tricks, Jus Allah fait dorénavant route seul. L'enjeu de ce premier maxi est donc clair, prouver qu'il peut exister en tant que rappeur en dehors de l'ombre du très charismatique Ikon the Verbal Hologram. Les nombreuses polémiques ayant précédé la sortie de "White Nightmare" en ont en tout cas fait un des évènements majeurs de l'année pour le rap underground US.

La version présentée ici de "White Nightmare" n'a rien à voir avec celle qu'on pouvait écouter sur le net au printemps. D-Tension a en effet décidé que son instru n'apparaîtrait pas sur le maxi, après avoir lu une interview de Jus Allah où celui-ci tenait des propos ouvertement homophobes et racistes. Exit donc les pianos hypnotiques et l'ambiance très "film d'épouvante", place au beat lourd et aux violons d'un certain Mr Burns. La qualité s'amoindrit légèrement, mais le refrain est toujours aussi dévastateur : "I'm a fucking nightmare, young, Black and just don't give a fuck, I just wanna get high and live it up". Jus hurle sa haine tel un possédé pendant près de cinq minutes, lâchant ça et là des punchlines qui font froid dans le dos : "My stomach's got young dead orphans in it,  I eat from trash cans at abortion clinics". A la fin du track, on ne sait toujours pas si Jus Allah a voulu dresser la caricature que le blanc moyen réac américain se fait d'un jeune noir du ghetto, ou si, dans une certaine mesure, il pense réellement tout ce qu'il a vociféré. Dans ce dernier cas, les rumeurs comme quoi il aurait littéralement perdu la tête ne seraient pas infondées, c'est le moins que l'on puisse dire. En tout cas il prouve ici que ne plus apparaître sous la bannière Jedi Mind Tricks ne lui fait pas tant de mal que ça, les titres contenant une telle hargne se comptant sur les doigts de la main cette année. Une vraie réussite.

La face B quant à elle est dédiée à 'The Reign of the Lord' : l'ambiance y est beaucoup plus calme et posée, même si la voix du emcee laisse toujours transparaître une rage assez effrayante. Comme le titre le laisse penser, Jus Allah y parle de religion. Bien qu'agréable à écouter, le morceau est nettement moins marquant que 'White Nightmare', les atmosphères tendues et électriques convenant visiblement mieux à la hargne de l'ex-JMT.

Jus Allah a donc prouvé qu'il pouvait exister, même sans Ikon à ses cotés, même sans Stoupe à la prod, et même sans les polémiques qui ont entaché son image ces derniers mois, et sans lesquelles "White Nightmare" aurait tout de même été une bombe explosant sans prévenir à la face de l'Amérique puritaine de Bush. En attendant l'album "Message to a black Man", censé sortir avant la fin de l'année…

Kiko, 21/09/2002

TRACKLIST

Face A

01. White Nightmare (Jus Allah / Mr Burns)
02. White Nightmare (Radio Edit) (Jus Allah / Mr Burns)
03. White Nightmare (Instrumental) (Mr Burns)

Face B

01. The Reign of the Lord  (Jus Allah / Zach Johnson)
02. The Reign of the Lord (Radio Edit) (Jus Allah / Zach Johnson)
03. The Reign of the Lord (Instrumental) (Zach Johnson)

CHRONIQUES LIEES