Chronique

Klub des Loosers
La femme de fer

Klub des Loosers - La femme de fer

Désormais seul membre du Klub dont il fut le co-fondateur, Fuzati s’affaire visiblement à offrir de quoi patienter à ses fans, toujours en l’attente d’un premier album du KDL. Cette tâche, fort périlleuse, a détruit pléthore de carrières, mais le MC versaillais semble savoir que, quelque soit la nature du produit, une sortie étiquetée Klub des Loosers fera toujours parler d’elle, le buzz se faisant tranquillement plus lourd à chaque intervention du rappeur masqué…bien joué du point de vue stratégique donc, un peu moins au niveau musical, les "vieux" titres n’étant pas remontés à la surface sans encombre.

En effet, même s’il semble un peu facile d’imputer cela à la seule absence d’Orgasmic, le choix des instrus des morceaux dans leurs versions actualisées semble assez peu judicieux : le passage du beat de 'Farmhand' (Mr Lif) à une prod jazzy relativement quelconque ne profite en rien à 'L’Hymne', dont le texte, légèrement corrigé de surcroît, semble perdre de son impact. Même réflexion pour 'La Femme de Fer', dont la forme initiale, glauque au possible, sur la mixtape "Gastro-entérite", a été troquée contre une association musique d’ascenseur/refrain féminin qui pourrait faire un malheur sur les ondes FM si Fuzati n’y déversait pas des tonnes de cynisme. Trop de 'Baise les Gens' risquant de tuer 'Baise les Gens' à terme, 'Baise toujours les Gens' ne propose au final qu’une variante moins bonne de l’original, les rajouts textuels de Fuzati ne compensant pas la différence de niveau entre le beat de la version "Projet Chaos" et celui-ci.

Lestés de ces mises à jour maladroites, concentrons nous enfin sur ce que cet EP contient réellement de neuf : une intro, assez incompréhensible, et 'Une Minute à l’Ecran', où Cyanure (ex-ATK) accompagne Fuzati pour signer la seule véritable réussite du disque. Sur une instru minimaliste et lourde, les deux MCs dédient leur morceau à la mémoire de Grido, extra-terrestre buté par Han Solo dans un épisode de Star Wars, dont la présence à l’écran n’aura donc pas excédé la minute. On admirera le débit de Cyan, qui nous fera regretter une fois de plus le fait qu’il s’illustre de façon si sporadique. Fuzati quant à lui s’essaie, comme sur tout le long de l’EP, à des phases plus techniques que celles auxquelles il nous avait habitué, avec plus ou moins de réussite. On notera également que clip 'La Femme de Fer' figure en bonus, Fuzati y joignant le geste à la parole pour le bonheur des plus méchants d’entre nous.

Au final donc, même si selon toute vraisemblance le but n’était pas de faire avancer à grand pas l’aventure KDL, "La Femme de Fer EP" déçoit, surtout quelques mois après le sympathique "Baise les Gens EP". Espérons que Fuzati change de voie pour la sortie de ce tant-attendu LP pour revenir à quelque chose qui, même difficile d’accès, n’en demeure pas moins bien plus efficace.

Kiko, 16/11/2003

TRACKLIST

01. Intro (Fuzati / Fuzati)
02. L'hymne (Fuzati / Fuzati)
03. La femme de fer (Fuzati / Fuzati-James Delleck)
04. Une minute à l'écran (Fuzati / Fuzati-James Delleck)
05. Baise toujours les gens (Fuzati / Orgasmic-Tacteel)

CHRONIQUES LIEES

INTERVIEWS LIEES

MIXES LIES