Chronique

7L & Esoteric
Dangerous Connection

7L & Esoteric - Dangerous Connection

Tout juste un an après "The Soul Purpose", 7L & Esoteric reviennent avec "Dangerous Connection" titre judicieux s'il en est, car après la déception légitime suscitée par son premier album, le duo de Boston possède une marge d'erreur très réduite pour cet LP qui fait figure de test crucial. Une première leçon de l'échec semble d'ailleurs d'emblée retenue, 7L s'occupant de la majorité des prods, ce qui n'avait pas été le cas sur "The Soul Purpose".

Et sans faire d'incroyables étincelles, il ne s'en tire pas mal : aucune innovation n'est à relever, et si 7L n'est probablement pas de ces producteurs qui marqueront l'histoire du Hip-Hop, il demeure très efficace dans le registre "bon gros son qui tache" : un beat classique, une boucle, une ligne de basse, des scratchs, et le tour est joué, la tête de l'auditeur bouge. Le concept est simple sans être éculé, peu original mais revendiqué : "Banging Beats and Dope Rhymes"…

Les rimes justement, parlons-en : plutôt que de camper uniquement le registre demi-divin classique, en alignant punchline et vannes, Eso s'est creusé la tête pour trouver des concepts intéressants, et force est de constater qu'il est parvenu à ses fins : dans l'amusant 'Stalker', il joue le rôle d'un homme obsédé par une fille qu'il traque partout, et, aux antipodes, il incarne un terroriste plein d'états d'âme dans 'Terrorist's Cell'. Dans 'Word Association', il est soumis à un examen où il doit donner le premier mot lui passant par la tête à chaque thème qu'on lui propose. Voilà un morceau pas toujours très fin, certes, mais distrayant : "Groupies - free throws/Aria - need hoes/Chinatown - peep shows/cellos - umm, cheap clothes(...)Big troops - knuckle up/Jedi Mind - fuck you up/Diesel – buttonfly/Kool Keith - Russian spy". Le reste des textes ne jouissent pas d'une telle originalité, jouant souvent sur le terrain courant des battle rhymes, avec plus ou moins de réussite selon les cas.

Si Eso a fait un effort certain sur sa qualité d'écriture, il n'a malheureusement toujours pas appris à faire évoluer son flow. Toujours agressif, toujours saccadé, toujours la dernière syllabe appuyée, ça en deviendrait lassant si le défaut n'était pas bien négocié. Mais là, même si on aurait préféré voir le demigod nous proposer de l'inédit, le duo ne fait qu'érafler sa coque sur l’écueil : l'album est de courte durée, donc pas le temps d'être saoulé par le phrasé répétitif du MC. Les invités apportent de la diversité au moment idéal, offrant une contribution non négligeable à la qualité d'ensemble de "Dangerous Connection" : on retrouve ainsi un panel de rappeurs possédant tous un style relativement affirmé, hormis peut-être Beyonder, peu convaincant, et évoluant dans un registre proche de celui d'Esoteric. J-Live et Count Bass D sont eux convaincants sur 'Rules of Engagement', mais la palme revient une fois de plus à la voix des Jedi Mind Tricks, Vinnie Paz : celui-ci fait passer les performances d'Eso et d'Apathy au second plan dans 'Speak Now', éclaboussant comme d'habitude le morceau de sa rage quasi-hystérique. Décidément, hormis lorsqu'on s'appelle Supernatural, il n'est pas bon inviter Ikon the Verbal Hologram sur ses disques, tant celui-ci semble fâché avec les règles élémentaires de courtoisie et prêt à vous voler la vedette par tous les moyens.

Son pote Stoupe est lui aussi de la partie, signant l'instru de 'Terrorist's Cell', tout de même bien moyen au vue des prestations antérieures du bonhomme. Kutmasta Kurt lui ne déçoit pas, produisant le génial 'Rest in Peace', où boucles de guitares électriques et de violons se marient parfaitement. Et là encore c'est très bien calculé, car au moment où le flow d'Eso pourrait finir par s'avérer rébarbatif, on nous sort les excellents 'Rest in Peace' et 'The Way Out', qui font retomber le rideau de manière quasi-idéale, s'affirmant après plusieurs écoutes comme les morceaux les plus réussis de l'album, au côté de 'Word Association' et 'Speak Now'.

"Dangerous Connection" est donc, sans révolutionner quoi que ce soit, un très bon album, offrant à l'auditeur quelques smash hits du meilleur effet, et se plaçant facilement dans le top 10 des albums Hip-Hop d'une année il est vrai bien terne. Le duo a donc bien réussi son épreuve. On attend maintenant d'Esoteric qu'il varie un peu sa façon de rapper, et surtout de découvrir la première sortie long format du collectif dans lequel tout deux officient, les Demigodz, où ils côtoient entre autres Apathy, Celph Titled, L-Fudge ou encore le génial Louis Logic. A noter qu'en attendant cela, tout ce beau monde est entré en guerre contre le crew Eastern Conference, ce qui promet de furieux diss à venir dans les prochains mois…

Kiko, 14/01/2003

TRACKLIST

01. One Six (Esoteric / 7L)
02. Watch me (Esoteric / 7L)
03. Warning-Knife in the Face (Esoteric / 7L)
04. Terrorist's Cell (Esoteric / Stoupe)
05. Precision (Esoteric / Stoupe)
06. Word Association (Esoteric /7 L)
07. Stalker (Esoteric / 7L)
08. Speak Now (Esoteric-Vinnie Paz-Apathy / 7L)
09. Rules of Engagement (Esoteric-J Live-Count Bass D / 7L)
10. Riccardi Man (interlude)
11. Herb (Esoteric / 7L)
12. What I Mean (Esoteric-Beyonder / Beyonder)
13. Rest in Peace (Esoteric / Kutmasta Kurt)
14. The Way Out (Esoteric / 7L)

CHRONIQUES LIEES