Article Booba expliqué à ma grand-mère

[Décalé] Au croisement de l'ours et du camion, d'une bonbonne et d'un polochon, voici Booba, 28 ans, deux solos de carnaval et des punchlines de carnivore. Père malgré lui d'une novlangue dont ce lexique se veut l'hommage. Grand-parental advisory, etc., etc. [/Décalé]

03/07/2005 | Par Anthokadi

Article : Booba expliqué à ma grand-mère"Je perds mon temps loin des miens, déchiré au chanvre indien, taxi que si je paie avec mes Air Max et j'ai le fou-rire quand je mens, pourtant je dis Bismillah quand je mange... Tu veux que je te dise franchement ? J'ai un ange à chaque épaule, mais celui de gauche parle trop fort. Ecouter le droit est ce que je suis censé faire... Mon temps avec des petites schneks, noyer l'échec dans du sky sec, à goûter les variétés de shit - rien que du mauvais... S'ils savaient ce que j'avais, s'ils pouvaient me dire quelle maladie j'ai - c'est dans mes gênes, ou quoi ? Tu crois qu'ils cherchent ? Tu rêves, ou quoi ?... Je perds mon temps jusqu'à ce que je perde mon teint. Je perds mon temps, sans métier, tête baissée à regarder mes pieds, à rêver que je pèse et à regretter... Je nique mon temps dans le vice, je veux pas finir dans le feu. J'ai du mal, c'est ce que je t'explique dans le disque... Je perds mon temps à acheter, à vendre, à emprunter, à rendre, à rien apprendre sauf que les porcs sont à pendre. Le monde fait flipper, mec, tu sais plus rien ne m'atteint, et plus je connais les hommes plus j'aime mon chien. Je perds mon temps, attendant que le monde s'ouvre, et je nique tout car tout le monde souffre. Mon temps à chercher de la maille - il m'en faut - j'en perds mon temps, mon sang et mon flow... B.2.O.B.A., kho, trop haut. Et je perds mon temps depuis le préau." ('Le silence n'est pas un oubli', 2000)




Image



Arrachisme : contraction de arracher et de -isme ; sentiment permanent d'insatisfaction.
Genèse : "Donne-nous la patte, on t'arrache tout le bras" ('Jusqu'ici tout va bien, 2002)
Application pratique : "J'entends faire de la lutte contre l'arrachisme la priorité de mon gouvernement." (Extrait de "Jamel D., live at Matignon", éd. Mytho)


Animoeurs : contraction de animal et de moeurs ; dans la jungle urbaine, attitude plus instinctive que raisonnée.
Genèse : "J'dois marquer mon territoire, on veut m'empêcher de pisser" ('Repose en paix', 2002)
Application pratique : "Tiens mon ami, je t'offre cette chemise à manches courte*. Animoeurs-day to you." (Chanson populaire sierra-leonaise)
[* : Manches courtes, manches longues : nom donné aux amputations effectuées à la machette lors du conflit qui déchira la Sierra-Leone tout au long des années 90. Manches courtes : amputations au niveau du poignet. Manches longues : amputation au-dessus du coude. Sans anesthésie ni consentement de l'amputé, "Mais on les laisse vivant : c'est de bonne guerre".]


Aptitube : contraction de attitude, de apte et de titube ; posture d'une personne dont il est difficile de savoir si elle lui est favorable ou non.
Genèse : "Ce qui ne tue pas rend plus fort ou handicapé" ('Tout c'qu'on connaît', 2003)
Application pratique : "Florence Griffith-Joyner : recordwoman du monde à 28 ans, décédée à 38. Tu parles d'une aptitude..." (Ben Johnson)


Assommase : contraction de assommer et de phrase ; capacité à estomaquer l'auditoire en une seule phrase.
Genèse : "Baisse la garde et ton gosse va naître à l'orphelinat" ('Hors saison', 2004)
"Je demande une minute de dancehall pour toutes nos victimes" ('Alter ego', 2004)
"On met les pitts avant la charrette" ('Alter ego', 2004)
Application pratique : "Neuf lettres. - Pas mieux. - A.S.S.O.M.A.S.E. - Bravo Monsieur Vaillant. Voila qui fait 39 points à 33. La parole est à vous, Madame Lorgnon. - Consonne... " ('Des chiffres et des lettres', émission du 13 novembre 1971, 16h34)


Balschmitter : contraction de balcon et de schmitt ; mode de corruption. Consiste à arroser la flicaille en pleine rue.
Genèse : "Pisser sur les schmitts du balcon" ('Tallac', 2004)
Application pratique : "Les jours où ça balschmitte, l'imper et le chapeau de feutre sont fortement recommandés." (Note interne du 36 quai des Orfèvres)


Barbecken : contraction de barbecue et de chicken (poulet) ; ustensile de cuisine de la taille d'un local administratif.
Genèse : " Un bon Q.I., du courage, un peu de vice et les poulets rôtissent" ('Le bitume avec une plume"', 2002)
Application pratique : "Découvrez la Corse, ses montagnes, ses plages, ses barbeckens..." (Brochure de l'Office du Tourisme de Bonifacio)


Beuled : contraction de bled et de queue ; mot désignant une modestie teintée de lucidité quant au jugement que chacun porte sur lui-même.
Génèse : "J'te raconte que ce que je connais, ça va du bled à ma queue" ('De mauvaise augure', 2002)
Application pratique : "Le beuled ? J'en parlais déjà que vous n'étiez point encore né, jeune homme - pour paraphraser la boutade de mon vieil ami self-made-man paraguayen, Ladislas del Pedantito, avec qui je fournis naguère, à dos de lama, des lance-pierres au Front Révolutionnaire de l'Armée de la Pampa argentine, virgule, point. " (Bernard-Henri L., extrait de "A la recherche de l'homme parfait (chroniques de la quête de soi)", à paraître aux éd. Mytho)


Image


Bimbamboum : contraction de bim de bam et de boum ; en poésie, variété d'assonance.
Genèse : "Ici c'est barillet, résine et bas-résilles" ('Nouvelle école', 2002)
"J'écris des douze, des seize, beaucoup décèdent" ('Animals', 2002)
"Je suis dans les charts, dans les chars et dans les chattes, bâtard, on met des lames de rasoir dans ton écharpe" ('Tout c'qu'on connaît', 2003)
"Poulette ton boul c'est d'la boulette" ('Baby', 2004)
"Tu parles de fringues, de tringle et de flingues. Qui ? Toi ? Tu fais du R.A.P., baltringue ? Tu nous fait rigoler, vas-tu assumer quand tu vas t'faire fumer ?" ('R.A.P.', 2004)
Application pratique : "Le bimbamboum de Don Bibendum : né du bide de bobonne en plein baby-boom, Don Bibendum imbibe bébé Cadum, badine, bibine et bedonne, popopo-pom..." (Boby Lapointe feat. Raymond Devos, 'Le bimbamboum de Don Bibendum', inédit)


Blackage : contraction de bagage, de black, de bloc et de plaquage ; donnée sociologique impliquant des talents dans un domaine donné, et des freins dans d'autres.
Genèse : "Je suis différent, premier qu'en sport et en chant" ('De mauvaise augure', 2002)
Application pratique : "Mon blackage ? Plutôt doué pour la chasse à l'homme, diplômé en Confection de nœuds coulants, mention garrotage. Le reste ? Bof." (Jeremiah C., membre fondateur de l'A.M.K.K.K., l'Amicale Mississipienne du Ku Klux Klan)


Boîteuse : contraction de boîte et de -euse ; en boîte de nuit, se dit d'une danseuse qui monopolyse trop longuement les meilleures places, puis qui le regrette.
Genèse : "Arrache-toi des baffles ou ressors de boîte en boitant" ('Repose en paix', 2002)
Application pratique : "Salut. Ca te dirait de bosser pour moi comme boîteuse ?" (Roger "Verbal" Kint)


Boobisme : contraction de Booba et de -isme ; programme de contrôle démographique d'inspiration malthusienne, tendance rigoriste.
Génèse : "Brûler leur sperme en échantillons, souder leurs chattes" ('Ecoute bien', 2002)
Application pratique : "Madame, vous vivez dans un F2, vous avez 23 ans et en êtes à votre septième enfant. Avez-vous entendu parler du boobisme ?" (Docteur Sia Méto, à une patiente)


Boufchatter : contraction de bouffe et de chatte ; manière d'arriver à ses fins.
Genèse : "Laisse-nous passer pendant que les MCs se font bouffer la chatte" ('Strass et paillettes', 2002)
Application pratique : "82%, ma couille, sans même boufchatter..." (Jacques C., haut fonctionnaire, 5 mai 2002)


Image


Bouffelage : contraction de bouffe et de carrelage ; aptitude à manger n'importe quoi.
Genèse : "Négro t'as l'âge de bouffer le carrelage" ('On m'a dit', 2002)
Application pratique : "Si t'aimes le bouffelage, je connais un resto pas mal du côté des Champs-Elysées." (Djamolidine Abdoujaparov)


Boulick : contraction de boul et de Derrick ; postérieur féminin légèrement ratatiné.
Genèse : "J'mène une enquête sur ton boul à la Derrick" ('Baby', 2004)
Application pratique : "Les hospices croulent sous les boulicks. Vivement la prochaine canicule, ça fera de la place." (Rapport confidentiel du Ministère de la Santé, printemps 2003)


Bourrimer : contraction de bourrin et de rimer ; écrire des rimes comme un bourrin.
Genèse : "Gravé dans la roche au marteau-piqueur, mon s.o.n., Jack l'Eventeur c'est son parent proche, arrive en RER C, repart en Porsche" ('Mon son', 2004)
Application pratique : "Moi, c'est avec ma caméra que je bourrime." (Catherine Breillat)


Buldoprimer : contraction de Bulldozer et de imprimer ; technique de gravage.
Genèse : "Imprime nos rimes sur le ring au Bulldozer" ('Numéro 10', 2004)
Application pratique : "Pour les sponsors, vous cassez pas la tête, les gars. Y'aura toujours moyen de buldoprimer Good Year à même le corps d'un môme qui traverse la piste." (Un organisateur du rallye Paris-Dakar)


Calibastos : contraction de Caliméro et de bastos ; petit poussin décédé de mort volante.
Genèse : "J'ai tué Caliméro d'une bastos dans la coquille" ('Alter ego', 2004)
Application pratique : "Eh les gars, on se fait une soirée calibastos ?" (Délire goth)

1 | 2 | 3 | 4 | 5 |